En ce moment chez Coorganiz, on conduit beaucoup d’interviews de mamans organisées pour pouvoir partager avec vous leurs témoignages et astuces d’organisation au quotidien. En discutant avec toutes ces mamans, il y a une phrase qui revient souvent: « Surtout, dites bien aux autres mamans de se faire aider dès le début! ».

Et à bien y repenser, je me revois jeune maman, épuisée, en plein mois de décembre, décider d’aller faire mes courses avec mon bébé, alors que ma mère venait de me proposer de les faire à ma place ou de garder mon fils….Non, Non… J’ai trouvé beaucoup mieux de passer 15 minutes à batailler pour enfourner mon bébé dans sa combinaison, de descendre avec la nacelle dans le froid (toujours bien lourde quand on n’a plus du tout d’abdos), de courir les rayons hagarde avec la sueur qui te coule dans le dos, de m’apercevoir que j’avais oublié mon porte-monnaie, et de fondre en larmes devant la caissière en reprenant mon fils, sa nacelle trop lourde et pas de courses….

Mélanie, maman de jumelles, avec un conjoint en horaires décalés, nous le dit ainsi « Il ne faut pas hésiter à demander de l’aide à de la famille, à des amis pour ne pas se couper de la vie. » Même remarque pour Annie, qui a repris le travail tellement fatiguée qu’elle a dû s’arrêter quelques semaines après être rentrée de congé maternité. « Si j’avais su j’aurais demandé plus d’aide ».

Mais refuser de sa faire aider, d’ailleurs? « Parce que les jeunes mamans, et surtout celles qui sont mères pour la première fois, se sentent tellement investies, et aussi un peu écrasées par cette nouvelle responsabilité, qu’elles veulent se prouver à elle-même et à leur entourage, qu’elles sont à la hauteur. » nous a répondu Laure, coach spécialisé dans l’accompagnement des mères au travail.

C’est vrai que pour les enfants suivants, on est nettement plus cool: on délègue mieux, on les laisse plus facilement… En fait il faudrait pouvoir réfléchir pour le premier comme pour le second, voire le troisième enfant!

Voici quelques réflexes à prendre dès le début qui pourraient changer notre vie de nouvelle maman:

  • Faire une nuit complète une fois par semaine: votre conjoint, votre mère, votre cousine… Quelqu’un doit pouvoir vous relayer pour avoir une nuit de temps en temps. Delphine, qui allaite, demandait à son ami de lui apporter le bébé, et de le reprendre: « ce n’était pas parfait, mais au moins je ne me sentais plus aux aguets, à guetter les premiers pleurs ». Et non, demander de se faire relayer à votre conjoint, ce n’est pas un signe de faiblesse: Ok, il bosse la journée, mais vous aussi! Etre mère, c’est un énorme boulot!! (répétez cela devant la glace tout les matins!)
  • Dire oui, quand quelqu’un vous propose…plutôt que « Oh non, c’est adorable, je me débrouille tu sais… ». Nolwenn nous suggère de faire une liste: « Je note tout ce qui me manque, ou ce dont j’ai besoin… » Quand on m’appelle, j’ai toujours un truc à dire! Du pain, le pressing,  une heure de présence car j’ai un rendez-vous de médecin la semaine prochaine! Sinon, tu es tellement dans le brouillard, que tu raccroches en ayant raté l’occasion de te faire aider. » Déléguez à vos proches plus facilement grâce à l’App Coorganiz histoire de trouver un peu de temps pour soi !
  • Sortir: que ce soit un diner entre amis, ou un simple café avec une copine sans tendre l’oreille vers le couffin, on a toutes des curseurs différent en terme de sorties…mais le principal c’est de revenir dans la vie, et d’avoir une conversation d’adulte. Et oui, votre conjoint est un adulte, mais non, ce n’est pas pareil! Et si la baby-sitter n’est pas une option pour vous, sentez-vous libre de demander à une amie, à votre soeur! « En fait, j’ai découvert, que les gens sont ravis d’aider! » nous rappelle Iman « ils se sentent utiles, et ca crée des liens, des vrais! »
  • Apprivoiser la séparation: dans quelques semaines vous retournerez au travail, ou a vos activités. C’est aussi bon pour vous que pour votre enfant de le laisser progressivement quelques heures.

Merci les filles!

Voilà ce que j’aurais sans doute voulu pouvoir oser ou appliquer dès mon premier enfant…. pour cela il aurait fallu que j’enlève ma cape de supermum! Ce qu’on finit toutes par faire, mais toujours un peu tard!

Et pour continuer d’apprivoiser la séparation, retrouver les conseils de notre psy pour enfants Claude Berthon:

Retour au travail: Que dire à votre enfant?

Absente quelques jours: à savoir pour votre tout-petit

 

En équipe, en famille, entre amis, organisez-vous ensemble facilement !
Téléchargez Coorganiz et commencez à vous co-organiser.